OH BOY.

Avoue c’est la pire chose de toutes, celle de dire haut et fort qu’on a accepté d’être payé(e) en visibilité un jour pas si lointain que ça.

Bon. La vraie histoire c’est que ça date quand même d’un petit moment maaaaaaais j’avais quand même le goût de t’en jaser cette semaine parce que pendant une conversation avec d’autres pyjistes j’ai réalisé que la visibilité avait le dos large. Qu’on lui attribuait toutes les fautes du monde alors qu’au final c’est un autre problème qu’on a avec ça.

D’abord, on pense que notre valeur est minime, ou pire, qu’elle existe pas.

Pis ensuite, on pense qu’on a besoin de se faire voir par le plus de monde possible, toutes les paires de yeux de l’univers pour qu’au passage y’en aient deux trois qui trippent sur ce qu’on fait.

Quand j’ai dit oui, pour de la maudite visibilité, c’était pour être associée à une cause que j’avais à coeur. Pour être vue à côté de quelque chose qui avait une immense valeur à mes yeux. Pour créer du contenu et jaser avec la communauté d’un organisme qui changeait vraiment les choses et qui faisait une différence. Pas parce que la visibilité de l’un me donnait de sa crédibilité. Comprends-tu la différence?

C’est okay de travailler pour gratis, si tu en retires quelque chose ailleurs. (lol quelle phrase qui veut rien dire)

C’est okay d’être payé(e) en connaissances. En expérience. En contacts, en dépassement de soi.

C’est pas okay d’être payé(e) en tapes dans le dos parce que tu as eu besoin de la visibilité d’un(e) autre pour justifier le fait que tu mérites toi aussi d’être vu(e).

C’était ça, le point du jour.

J’t’aime. Pis je te vois – okay ça c’est creepy af.