Ton cerveau fait des drôles d’affaires en maudit quand il est exposé à de la nouveauté.

De base, le comportement logique et naturel c’est de se refermer. De rester dans ses retranchements, de pas changer d’habitudes, de pas rien apprendre de plus pour ne pas bousiller la routine parce que tu es confortable dans tes vieilles pantoufles.

On s’entend qu’avec la situation particulière qu’on a vécue cette année et qui s’étire encore pas mal à l’heure où j’écris ces lignes, on a pas tant eu le choix de s’adapter et de go on with the program. C’est notre nouveau normal, en vrai. De penser aux boutiques en ligne, aux services en ligne. De prendre pour acquis que 99% de nos interactions avec nos clients vont être soit sur Zoom soit sur Hangout.

La nouveauté est devenu notre normal, on y est confronté(e)s à chaque jour parce qu’on sait jamais de quoi demain est fait.

Si t’es devenu(e) pyjiste parce que tu détestais le prévisible, tu dois tripper ta vie.

Si l’inconnu te fout la chienne, tu dois haïr ton quotidien. Trouve tes repères là-dedans, c’est ça le plus important.

La nouveauté va toujours être là, peu importe ce qu’on fait ou ce qu’on dit, même ce qu’on veut. Parce que c’est comme ça que tu apprends (que tu te pètes le nez) et que tu évolues.