J’ai envie de jaser un peu avec toi des gens créatifs. Les gens créatifs, comme ceux qui sont payés pour être créatifs.

Fack pour avoir des salaires, en gros, faut juste qu’ils aient des idées. “JUSTE.”

J’ai absolument aucun problème à parler des idées qui poppent dans les douches. Les idées intuitives, celles qui sont donc ben malades, celles qui viennent nous chercher de l’intérieur. Celles qu’on sait, tout de suite, à quel point elles sont bonnes.

Là où c’est plus compliqué, c’est quand on veut avoir une bonne idée. Quand on tente de se motiver à en avoir une vite, vite, vite, qu’on se pose pour brainstormer, qu’on force le flux créatif.

Pour prouver leur valeur (et encore plus à eux-mêmes qu’aux autres), les créatifs vont souvent essayer de travailler trop fort, trop intensément. Ils vont essayer de trouver des idées partout, de pallier là-dessus pour se justifier, pour gagner (mériter) leur place. Ils vont se brûler à se creuser les méninges, ils vont rusher leur vie à essayer de faire de n’importe quoi l’idée du siècle. La gymnastique mentale de malade qui va finir 2 fois sur 3 par les décourager plus que les motiver envers leur travail.

Plutôt que de penser à la révolution, plutôt que de te transformer en personne ben trop clever alors que finalement, ça te sera pas particulièrement utile, met le focus sur la solution. Pense à ce que tu pourrais créer comme solution, à ce que tu pourrais faire pour répondre à une question, pour offrir le petit plus qui manque à quelqu’un, à quelque chose.

Sois créatif, mais de façon constructive, dans l’fond.