Tu peux être bon, connaître tes affaires, savoir où tu t’en vas. Tu peux être doué, cerner facilement tes clients, savoir où eux s’en vont. Tu peux être meilleur, et t’assurer chaque jour d’en apprendre un peu plus sur ce que tu fais.

Tu peux être le top du top dans ton domaine, et tartiner tes connaissances façon confiture d’argousiers sur ton pain sans gluten, un p’tit Chemex qui infuse sur le side.

Tu peux être le top du top tout court aussi, mais une fois en haut, j’te parie 5$ que tu vas spotter dans la seconde une autre montagne plus impressionnante à gravir. 

Mais en fait, c’est pas d’être le meilleur dont tu rêves, c’est pas de tout savoir ce à quoi tu aspires. 

Être talentueux c’est rien, être ambitieux c’est mieux.

Parce que c’est ben sûr qu’on veut tous et toutes être les meilleurs pyjistes possible, avoir les meilleurs mandats, les meilleurs clients. Mais pour ça, y’en a très peu parmi nous qui sont prêts à mettre le temps, l’énergie, à faire les sacrifices pour y arriver. Y’a pas grand monde qui a le goût de se claquer 1 chapitre de livre par jour, 4 podcasts, 2 webinaires et des rencontres avec son groupe de coaching pour pouvoir se vanter à la fin de l’année d’être le meilleur dans tout. 

La plupart des gens cherchent l’overnight success, sans même le savoir. La façon de devenir bon, le raccourci, le passage secret, l’allée VIP. Des fois, on pense même qu’en étant gentil avec tout le monde – aka baisser ses prix, mettons – ça aiderait à nous faire bypasser la route rocailleuse, le gros labyrinthe qui prend des allures de celui dans Goblet of Fire, à la fin. Parce que qui veut vraiment prendre le risque de finir comme Cedric? (ouch, mon coeur)

La plupart des gens cherchent la solution, alors qu’il n’y a pas de solution.

Tu ne deviens pas bon comme tu ne deviens pas nul. Tu apprends, tu avances, tu échoues, tu recommences.